[RPG] Grandia et l’abandon

Un beau jour, je me suis dit : « Et si je mettais aux RPG ? » Cette question, je me la suis posé relativement récemment, n’étant pas un joueur de RPG à la base. En fait, je me la suis posé après Final Fantasy XIII, c’est dire la nouveauté de la chose.

J’ai voulu essayer un shmup de la génération PS1. J’aurais pu faire un Final Fantasy, mais je n’aime pas les Final Fantasy. Leur ambiance et leur personnages ne m’attirent pas. (Surtout quand Nomura a mis son grain de sel, alors là non, mais non ! … FF XIII étant l’exception, parce que son style n’est pas flagrant ici, mais je m’égare.)

J’ai donc regardé ailleurs et j’ai remarqué ce jeu là, Grandia, au cours de ma recherche de RPG à faire. (J’ai fait cette recherche approfondie sur le site Legendra.) Je l’ai gardé longtemps dans ma ludothèque sans trop y toucher, et puis quand j’ai fini ce que j’avais à faire avant, j’ai enfin commencé ce RPG dans la joie et la bonne humeur.

Les héros de Grandia.

J’avançais donc gaiment dans cette aventure riche en couleur.

Comme on me l’avait dit, son système de combat est excellent, et empêche totalement les boss d’abuser un peu de leur statut et de lancer des attaques abusées en série, comme il est coutume dans certains RPG. (<= mauvaise foi !) Un système de combat très bon, pas encore parfait, car on raconte que dans Grandia 2, il est meilleur encore, plus équilibré.

Mais ce n’est pas le plus intéressant dans ce Grandia, car sans doute le plus important est le scénario; ainsi que les personnages. Ces derniers sont très attachants, malgré leur grande jeunesse. Comme on le sait, dans beaucoup de RPG, les héros sont vraiment jeunes. (Je parlais des justement des Final Fantasy tout-à-l’heure…)

Quant au scénario, il est sympa au début. Les bouts de l’histoire s’enchainent vite, et il ne se passe pas une heure sans qu’une nouvelle brique s’ajoute à l’histoire, et ça c’est très sympa.Le tout reste dans le même ton, celui de l’aventure; l’aventure, toujours plus loin, qu’importe le danger et les défis à relever.

Cet artwork est magnifique.

Mais ce petit paradis RPGesque (soit dit en passant, il faudra que j’explique un jour que le terme RPG n’a pas le même que celui que tout le monde entend) fut de courte durée. A cause de problèmes totalement externes au RPG en lui même, dans ma vie et mon environnement géographique direct, je n’ai plus eu la volonté de continuer. J’ai été coupé dans mon élan, et du coup, j’ai n’ai pas sû repartir du bon pied. C’est comme ça. Je me suis donc dit que je le recommencerais… plus tard, car j’ai juste arrêté à cause de problèmes qui n’ont rien à avoir avec Grandia.

Et après quelques mois, ce nouveau départ est arrivé. C’était il y a quelques semaines. Je partais confiant, mais déjà un peu refroidi par le précédent abandon. J’ai encore donc croisé les même décors, les même personnages, des scènes déjà connues. Comme je savais déjà quoi faire et où aller, j’ai pu avancer plus vite. C’était bien sympa  de rencontrer à nouveau toute ces têtes connues. Ca m’a réchauffé un peu le coeur, et en plus, la musiques du jeu est excellente.

Mais encore une fois, il était de plus en plus dur pour moi de vouloir avancer. Mes périodes de jeu sont devenues de plus en plus courtes, de plus en plus espacées. Je n’ai pas eu la même flamme que pendant Tales of Vesperia par exemple, où enchainer 4 heures ne me posait aucun problème.

Encore, une fois, j’ai abandonné. Et là c’est la stupeur : « Pourquoi ? »

Pourquoi arrêter en si bon chemin ? Alors que j’appréciais les combats, l’histoire, les personnages, l’ambiance et les musiques, comment se fait il que mon intérêt et mon envie d’avancer soit si faible ?

Il y a différentes raisons possibles : j’étais en stage, ce qui me laissait peu de temps pour moi; l’équilibre du jeu entre les combats et l’histoire, le reste, est plutôt mauvais; les personnages ne sont pas si attachants que ça; le portage PS1 est absolument moisi.

Abordons les une par une :

j’étais en stage : Excuse à la gomme ! J’avais le temps le soir chez moi pour me permettre de jouer (ça se joue un RPG ? Oh là là, cette phrase a-t-elle du sens ? Bref.) à Grandia ! J’avais le temps… mais j’avais juste pas envie. On vient aux autres points, les facteurs limitant qui m’ont bloqué.

l’équilibre est mauvais : Les transitions entre les combat et l’exploration sur le terrains sont pénibles. C’est long au début du combat et c’est long à la fin du combat. Et à chaque nouvelle zone à explorer, il y a des combats tout le temps. On voit les monstres, on peut éviter les combats, mais il faut bien des points d’expérience, donc il faut combattre, et se taper les transitions pénibles. Et du coup, entre chaque nouvelle avancée de l’histoire, on doit subir ça, continuellement, again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again, and again,… Bref, vous avez compris. L’équilibre dont je parle n’est pas tout à fait présent, d’autant plus que c’est toujours plus ou moins le même shéma… au début tout du moins. Je n’ai pas dépassé les 15h de jeu.

les personnages ne sont pas si attachants que ça : Tout simplement parce qu’ils sont jeunes ! Super jeunes ! Et en tant qu’homme de vingt ans, j’ai du mal m’identifier à qui que ce soit. C’est plutôt important, ces histoires d’identification tout de même. Cependant, le terme n’es pas tout à fait approprié. Le mot identification ne doit pas vous évoquer la même chose que moi. Ce n’est pas tant se mettre à la place du personnage mais plutôt se mettre au niveau du personnage, c’est à dire au même point de vue que lui, dans le même esprit de maturité. Mais ici, j’avoue ne pas avoir été patient, car on raconte que les personnages les plus jeunes, qui sont les héros de l’histoire : Justin, Feena, Sue,.. gagnent en maturité avec le temps. Et il y a des personnages (jouables et non jouables) plus mûrs également qui rejoignent la troupe (ou non). Cette histoire d’attachement est probablement ce qui m’a le moins gêné

le portage PS1 est moisi : Tout d’abord, Grandia sur PS1 est un portage de la version Sega Saturn, c’est-à-dire la version originale. Ensuite, Grandia est édité par UBISOFT chez nous. Oui, Ubisoft… qui a fait un travail lamentable, non pas au niveau de la traduction, mais plutôt dans la manière dont ça a été fait. La traduction en elle même est très bonne, mais le défilement des phrases est très trèèèès pénible, et parfois il y a des choses étranges comme par exemple des doublages en français faits n’importe comment pendant les rares cinématiques (d’où vient ce terme ?), alors que le reste du jeu est doublé en anglais. En MAUVAIS anglais. En ce qui concerne l’aspect technique pur, la 3D est moche, mais c’est un jeu Saturn à la base. Et les sprites sont détaillés. MAIS, le ratio n’est pas respecté ! C’est n’importe quoi ! Le jeu est écrasé. J’ai limite l’impression de jouer à un jeu en 4/3 sur une TV 16/9, en plein écran… A titre de comparaison, j’ai aussi joué avec une image un peu écrasée pour Tales of Vesperia, mais c’était juste à cause d’une TV mal calibrée. Mais ça ne m’avait pas gêné parce que c’était beaucoup moins prononcé qu’avec ce Grandia, et en plus, ça venait juste de la TV !

Et donc pour résumer, ça doit être le mélange de tout ça qui m’empêche finalement d’avancer d’avantage dans Grandia, alors qu’en soi, c’est un bon jeu. Si j’avais sû dès le départ qu’en fait c’était ça qui me bloquait, je n’aurais sûrement pas tenté à nouveau l’aventure. Et maintenant je me demande si un jour je vais le reprendre. Peut-être pas, vu cette histoire d’attachement aux personnages. (En fait, ça risque même d’être pire encore !)

Alors, j’ai donc rangé le jeu à sa place, à côté de ces RPG qui m’ont fait vibrer de toute mon âme tels que Tales of Vesperia ou encore Final Fantasy XIII. Peut-être restera-t-il toujours là, inachevé, le second CD auquel je ne toucherais jamais. Qui sait ? Mais peut-être qu’un jour, quelqu’un dans mon entourage voudra tenter l’aventure et aimera ça. Et il n’aura pas tort, car mine de rien, Grandia est un RPG sympa.

Publicités

4 commentaires

  1. Je pensais que tu nous ferais une dissertation sur le thème de l’abandon dans Grandia, oh cruelle désillision :p

    Tu prends des risques en te lançant dans le monde des RPG en partant d’FFXIII, vu le statut bâtard du jeu (pas dans le sens négatif du terme, c’est juste un croisement de genres). Mais Grandia est un bon choix pour démarrer, même si comme toi j’étais très emballé par le début de l’aventure et ai eu énormément de mal à la terminer. Le jeu est censé te faire oublier tes soucis quotidiens, alors je dirais que c’est aussi un peu de sa faute s’il n’a pas été capable de t’accrocher jusqu’au bout. Inutile de tourner en rond sur le même jeu de toute façons, il y en a bien assez qui n’attente que toi pour démarrer.

    Je préfère en effet le système de Grandia II, mon gravatar étant tiré du jeu tu peux deviner que je l’ai apprécier même si c’est un peu « je t’aime moi non plus » entre nous. J’aime beaucoup le système de combat, les personnages plus adultes et matures qu’à l’accoutumée, l’histoire dans ses grandes lignes (même s’ils faut se taper des tartines de texte anglais, c’est clairement beaucoup mieux passé quand j’ai fini par lire l’anglais couramment), mais il y a une chose non négligeable qui m’a pas mal dérangé malgré tout : la progression hors combat, l’exploration et les « énigmes », quasiment inexistants. Et puis le jeu n’est pas forcément joli non plus, dans le sens où je l’accuse d’un sérieux manque d’identité visuelle, alors qu’il y avait de quoi faire. Du coup j’ai surtout retenu les personnages (la trilogie Helena, Millenia et Tio) et les combats (avec des magies qui en mettaient plein les mirettes à l’époque), le reste est un joli gâchis. Je te le conseille quand même, histoire de te faire ton propre opinion sur la question. Les battle themes sont relativement cultes aussi.

    La répétitivité des combats, c’est un grand élément récurrent des RPG par contre, en particulier des old school avec leur surdose massive de combats aléatoire à t’en filer des cauchemards. Je n’aime pas que les transitions/écrans de victoire soient trop longs aussi, ça coupe net lorsqu’on est dans sa lancée, c’est un détail qui m’a gêné dans Wild Arms V récemment (dérisoire par rapport à ces plaies insupportables que sont les personnages, mais tout de même).

    • Ahah, non non pas de dissert’ aujourd’hui, mais j’en ferais peut-être un de ces jours. A ma sauce. =p
      En fait, ce que j’ai le plus aimé dans Grandia, c’est le thème de l’aventure omniprésent. Et ça c’est vraiment excellent, surtout quand toute cette ambiance aventurière est couplée avec les magnifiques thèmes musicaux de Noriyuki Iwadare. Pour le reste, meh. Je suis déçu de ne pas m’être mieux attaché au jeu, mais comme tu le ds, c’est un peu sa faute aussi.
      Par contre, je suis intéressé par Grandia II. C’est l’épisode qui me fait dire que j’en ai pas fini avec la saga des Grandia. Les personnages plus matures pour commencer, ça m’intéresse beaucoup. Je pense que j’arriverais bien mieux à m’imprégner de l’histoire si les personnages en ont un peu dans la bouteille dès le début. Même si dans cet épisode ce sont surtout les combats qui priment, et encore plus que dans le premier a priori. (Cependant, ce n’est pas encore du niveau de Grandia III qui semble-t-il efface totalement tout au profit des combats et des jolis décors…) Et tu m’as appris quelque chose sur ton gravatar aussi. Je me demandais justement d’où ça venait.
      Pour en revenir à cette histoire de maturité, je crois que ça va devenir l’un de mes critères de choix pour mes futurs RPG. D’ailleurs, je me suis fait une to do list de RPG sur NDS, et j’ai prévu d’en retirer quelques uns qui risquent de ne pas me faire accrocher plus que ça, à cause de personnages peu intéressants et/ou immatures (car les deux ne sont pas forcément liés.) en trop grande quantité.
      Quant aux transitions dans les RPG, depuis que j’ai fini Tales of Vesperia, je risque d’être exigent à l’avenir, parce que les transitions dans Tales of Vesperia sont exemplaires, malgré la grande fréquence des combats. D’ailleurs, j’ai prévu de faire Tales of Phantasia sur GBA (pas la meilleure version donc, mais je veux faire avec.). Ca va faire un choc de passer d’un Tales récent au… premier ! : D

  2. Tu as abandonné à quel moment du jeu Acanthus ? Parce que c’est vrai que le deuxième CD du jeu n’est pas aussi bon que le premier (un problème de rythme). Malgré un nouveau thème pour les combats plutôt pas mal (j’aime bien quand un RPG change de thème de combat pour bien marquer l’évolution de l’histoire).
    Par contre si tu n’as pas fini le premier CD et pas vu LA scène, flagelle-toi avec un fouet à clou.
    « Je n’ai pas dépassé les 15h de jeu. » = demande à quelqu’un de te verser de la cire brulante sur tes plaies.

    Sinon pour ce problème de personnages trop jeunes : si les personnages étaient plus vieux ça ruinerait un peu le côté « partir à l’aventure » non ?
    (L’esprit de la jeunesse tout ça… un peu comme dans Illusion of Time, Skies of Arcadia, et les Mystérieuses Cité d’Or. Quoique dans Skies les persos sont plus vieux.)
    J’ai fini Grandia quand j’avais ton à peu près ton âge et ça ne m’a pas dérangé. (Mais les consoles 128 bits n’existaient pas encore, sauf peut-être la Dreamcast je sais plus, donc ouais ça aide à mieux apprécier.)

    • Nan, je me flagellerais pas ! 8D Mais je suis bien le premier désolé de ne pas avoir voulu continuer.
      Je ne pense pas que ça ruinerais le côté aventure que les personnages soient plus vieux. Skies of Arcadia a des personnages plus vieux (un peu seulement, car ça reste un JRPG *clichaaay*) et, bien que ne connaissant pas le plus que ça, je crois que l’aventure y est très présente.
      Ensuite il faut aussi prendre en compte le fait que j’ai commencé avec des RPG de cette génération de console. (D’ailleurs, j’ai l’impression que les bons RPG sur console de salon de cette génération se compte sur les doigts de la main. La qualité a baissé un peu, mais la quantité aussi => cout de production etc…)


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s